Feeds:
Articles
Commentaires

أحسن الله إليكم: هل القيام بالاغتيالات وعمل التفجيرات في المنشآت الحكومية في بلاد الكفار ضرورة وعمل جهادي . جزاكم الله خيرا ؟ Question : [Sheikh], qu’Allah vous accorde la félicité : Est-ce que le fait de commettre des assassinats et des actes de terrorisme (explosions) contre les édifices gouvernementaux dans des pays de non croyants est considéré comme étant une nécessité et un acte dans la lutte dans le sentier d’Allah. Qu’Allah vous récompense ? الجواب : لا ، هذا لا يجوز ، الاغتيالات والتخريب هذا أمر لا يجوز ، لأنه يجر على المسلمين شرا ويجر على المسلمين تقتيلا وتشريدا ، هذا أمر لا يجوز إنما المشروع مع الكفار الجهاد في سبيل الله ومقابلتهم في المعارك إذا كان عند المسلمين استطاعة ، يجهزون الجيوش ويغزون الكفار ويقاتلوهم كما فعل النبي صلى الله عليه وسلم أما التخريب والاغتيالات ، فهذا يجر على المسلمين شرا ، الرسول صلى الله عليه وسلم يوم كان في مكة قبل الهجرة كان مأمورا بكف اليد ، ﴿أَلَمْ تَرَ إِلَى الَّذِينَ قِيلَ لَهُمْ كُفُّوا أَيْدِيَكُمْ وَأَقِيمُوا الصَّلَاةَ وَآتُوا الزَّكَاةَ ﴾مأمورا بكف اليد عن قتال الكفار ، لأنه ما عندهم استطاعة لقتال الكفار ، ولو قتلوا أحدا من الكفار ، لقتلهم الكفار عن آخرهم ، واستأصلوهم عن آخرهم ، لأنهم أقوى منهم ، وهم تحت وطأتهم وشوكتهم . فالاغتيال يسبب قتل المسلمين الموجودين في البلد مثل ما تشاهدون الآن وتسمعون ، هذا ليس من أمور الدعوة ، ولا هو من الجهاد في سبيل الله ، هذا يجر على المسلمين شرا ، كذلك التخريب والتفجيرات ، هذه تجر على المسلمين شرا كما هو حاصل ، فلما هاجر الرسول صلى الله عليه وسلم ، وكان عنده جيش وعنده الأنصار حينئذ أمر بالجهاد ، أمر بجهاد الكفار . Réponse : Non, Ceci n’est pas autorisé ! Les assassinats et les sabotages sont des actes condamnables, parce que cela n’engendrerait que plus de mal pour les musulmans et provoquerait leur tuerie et leur bannissement. Ceci est une chose condamnable et ce qui est légiféré avec les mécréants, c’est de lutter dans le sentier d’Allah et de se confronter à eux lors des batailles si cela est dans la capacité des musulmans. Qu’ils équipent leurs armées et qu’ils attaquent les mécréants et les combattent à la manière du Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), mais organiser des sabotages et perpétrer des assassinats, ceci n’engendrerait que plus de mal pour les musulmans. Le messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), quand il était encore à la Mecque, avant l’Hégire, il avait pour ordre de s’abstenir de combattre : « N’as-tu pas vu ceux auxquels on avait dit: « Abstenez-vous de combattre, accomplissez la Salâ et acquittez la Zakâ ! » » [Sourate An-Nissa – 77] c’est-à-dire de s’abstenir de combattre les mécréants parce qu’à ce moment là, ils n’avaient la capacité de le faire et s’ils avaient tué ne serait-ce qu’un seul d’entres eux, les mécréants les auraient tué et confiné jusqu’au dernier. Car Ils étaient incontestablement plus puissants qu’eux mais aussi parce qu’ils étaient sur leur terre et sous leur domination. Donc, perpétrer des assassinats n’engendrera que l’assassinat des musulmans qui vivent dans la même région comme vous pouvez l’observer et l’entendre actuellement. Ce genre d’acte, n’est certainement pas un appel [vers Allah], ni une lutte dans le sentier d’Allah et cela n’engendrera que plus de mal pour les musulmans. Ceci est aussi valable pour les actes de sabotages et de terrorisme (explosions), qui n’engendre que plus de mal pour les musulmans comme cela se déroule [actuellement]. Donc, ce n’est que lorsque le Messager (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) eu quitté la Mecque et qu’il disposait d’une armée et des Auxiliaires [Al Ansar], qu’il ordonna la lutte dans le sentier d’Allah contre les mécréants. هل كان الرسول صلى الله عليه وسلم والصحابة يقتلون الكفار في مكة ؟ Question : Est-ce qu’il est arrivé que le Messager (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) et que les compagnons combattent les mécréants à la Mecque ? أبدا ، بل كانوا منهيين عن ذلك Réponse : Jamais, ils en avaient plutôt l’interdiction. هل كانوا يخربون أموال الكفار وهم في مكة ؟ Question : Est-ce qu’ils démolissaient leurs biens, alors qu’ils étaient encore à la Mecque ? أبدا كانوا منهيين عن ذلك ، مأمورين بالدعوة والبلاغ فقط . أما الإلزام والقتال هذا إنما كان في المدينة لما صار للإسلام دولة . [من شريط أسئلة مهمة في الدعوة . تسجيلات منهاج السنة] . Réponse : Jamais, ils en avaient plutôt l’interdiction, ils avaient pour ordre de prêcher [la religion] et la transmission (du message) uniquement. En ce qui concerne le devoir et le combat, cela a eu lieu à Médine, après la création de l’Etat Islamique. Extrait d’une conférence audio intitulé : « questions importantes concernant le prêche » – Edition : Minhadj As-Sounna de Sheikh Salih Ibn Fawzân Al Fawzân – (hafidhahou Allah). Traduction rapprochée : par Ibn Hamza Al Djazairy copié de alminbar.al-islam.com Cheikh Salih Bin Fawzan Bin ‘Abdillah Al Fawzan

histoire a lire et a mediter


Hadith sur les 3 personnes déstinés au feu … A LIRE & A MEDITER !

Al Tirmidhi rapporta dans Chufai al-Asbahi qu’il entra à Médine et vit un homme avec autour de lui des gens. Il demanda :

“ Abu Hurayrah, d’après lui [Chufai] qui dit :

‘ Alors je m’approchai de lui et je me suis assis en face de lui. Il parlait aux gens, et quand il eut terminé, ils s’en allèrent. Je lui dis : ‘Je te demande, au nom d’Allah, de me raconter un hadith que tu as entendu du Messager d’Allah et que tu as bien compris.’

Abu Hurayrah radia lahu ‘anhu me répondit :

‘Je vais le faire, je vais te dire un hadith que j’ai entendu dire du Messager d’Allah sala lahu ‘alayhi wa salam et que j’ai bien compris.’

Alors Abu Hurayrah radia lahu ‘anhu se mit à haleter et resta dans la même position jusqu’à ce qu’il alla mieux. C’est à ce moment-là qu’il me dit :

‘Je vais te dire un hadith que le Messager d’Allah sala lahu ‘alayhi wa salam me dit quand nous étions dans cette maison et que personne d’autre n’était présent à l’exception de lui et de moi.’

Alors le souffle d’Abu Hurayrah radia lahu ‘anhu se coupa de nouveau et il le retrouva quelques instants plus tard.

Il s’essuya le visage et me dit :

‘Je vais te raconter un hadith que le Messager d’Allah sala lahu ‘alayhi wa salam me dit quand nous étions dans cette maison et qu’il n’y avait personne d’autre ici excepté lui et moi.’

Mais Abu Hurayrah radia lahu ‘anhu se mit à avoir une respiration encore plus coupée. Sa tête tomba en avant. Je lui apportai de l’aide avec mon épaule pendant un long moment. Quand il se ressaisit, il me dit :

‘Le Messager d’Allah sala lau ‘alayhi wa salam me dit :

‘Quand le Jour du Jugement Dernier viendra, Allah descendra pour juger tout le monde. Et toutes les nations se mettront à genoux pour se soumettre à Lui. Les premières personne qui seront appelées sont celui qui a appris le Coran par coeur, celui qui a tué au nom d’Allah et celui qui a ramassé le plus d’argent. Allah dit à celui qui a appris le Coran par cœur : ’Ne vous ai-Je pas enseigné ce que j’ai révélé à Mon Messager ?’

Il Dira : ‘ Bien sûr que si Mon Seigneur.’

Allah répondra :

‘Qu’as-tu fait de ce qu’on t’as enseigné alors ?’

Il dit : ‘Je me levais la nuit et pendant la journée pour réciter le Coran’

Allah lui répondra : ‘Tu as menti.’

Et les anges aussi diront : ‘ Tu as menti.’

Allah poursuivra en disant : ‘Tu voulais seulement qu’on dise de toi que tu es un érudit.’

Celui qui aura ramassé le plus d’argent sera appelé à son tour.

Allah lui dira : ‘ Ne t’ai-Je pas donné de l’argent en abondance de telle manière à ce que tu ne sois dépendant de personne ?’

Celui-ci lui répondra : ‘Oui, Mon Seigneur.’

Allah lui demandera : ‘Qu’as-tu fait de tout ce que je t’ai donné ?’

Il lui répondra : Je l’ai donné à mon entourage en guise d’aumône.’

Allah dira alors : ‘Tu mens.’

Et les anges répéteront : ‘Tu mens.’

Allah lui dira : ‘Tu voulais seulement qu’on dise de toi qu’untel est généreux.’

Ensuite il est rapporté qu’on appellera celui qui tuera au nom D’Allah.

Allah lui demandera : ‘Pourquoi as-tu tué ?’

Il répondra : ‘On m’ordonna de faire le jihad en Ton Nom alors j’ai combattu jusqu’à la mort.’

Allah lui dira : ‘Tu mens.’

Et les anges diront aussi : ‘Tu mens.’

Allah continuera : ‘Tu voulais seulement qu’on dise de toi qu’untel est courageux’.

Alors le Messager d’Allah sala lahu ‘alayhi wa salam me frappa au niveau de mes genoux et me dit : ‘Ce sont les trois personnes pour qui le Feu sera prêt le Jour de la Résurrection.’ ”

Sunan al-Tirmidhi, no. 2382, éd. Chakir. Abu ‘Esa nous dit qu’il s’agit d’un hadith gharib hasan.
Saràhh El-Muwahiidà El-HamdulyAllah aime ça..


L’interdiction de l’orgueil et de la vanité
Allah a dit :
Coran 28.83 : [Cette dernière demeure, Nous la réservons à ceux qui ne veulent être, sur Terre, ni altiers ni corrupteurs. Et ce sont ceux qui craignent leur Seigneur qui auront la fin la plus heureuse.]
Coran 17.37 : [Ne marche pas avec insolence sur la terre !]
Coran 31.18 : [Ne prends pas un air arrogant en abordant tes semblables ! Ne sois pas insolent dans ta démarche. Dieu n’aime pas les insolents pleins de gloriole.]
612. Selon ‘Abdullah Ibn Mas’ud , le Prophète a dit : « N’entrera pas au Paradis celui qui a dans son cœur le poids d’un atome d’orgueil ». Un homme demanda : « Pourtant l’homme aime porter de beaux vêtements et de belles chaussures. » Le Prophète reprit : « Dieu est Beau et aime la beauté. L’orgueil est le fait de rejeter la vérité et de mépriser les gens. »
613. Salama Ibn Al Akwa’ rapporte : Un homme mangea de sa main gauche chez le Prophète qui lui dit : « Mange de ta main droite. » – « Je ne peux pas, répondit l’homme. » Le Prophète s’exclama alors : « Puisses-tu ne plus le pouvoir ! » Seul son orgueil l’avait empêché d’obéir et il ne put jamais plus porter sa main jusqu’à sa bouche.
614. Haritha Ibn Wahb rapporte : « J’ai entendu le Prophète dire : « Voulez-vous que je vous indique qui sont les gens du Paradis ? Ce sont les êtres faibles et méprisés qui, s’ils venaient à faire un serment en comptant sur Dieu pour le réaliser, se verraient exaucés. Vous dirais-je qui sont les gens de l’Enfer ? Ce sont les êtres grossiers, avides de richesses, avares et orgueilleux. »
615. Selon Abou Sa’id Al Khoudri , le Prophète a dit : Le Paradis et l’Enfer se disputèrent. L’Enfer dit : « Je suis la demeure des tyrans et des orgueilleux. » Le Paradis rétorqua : « Moi, j’abrite les faibles parmi les gens et les miséreux. » Dieu alors trancha entre eux et dit : « Toi, Paradis, tu es Ma miséricorde. C’est par toi que Je fais miséricorde à qui Je veux. Et toi, Enfer, tu es Mon supplice ; par toi, Je châtie qui Je veux, et c’est à Moi qu’il incombe de vous remplir tous deux. »
616. Selon Abou Hourayra , le Prophète a dit : « Le jour de la Résurrection, Dieu ne regardera pas celui qui laisse traîner son vêtement par arrogance. »
Ce qu’il faut retenir :
– A1’époque, le signe de richesse, au niveau vestimentaire, consistait à porter des tuniques, des pagnes longs de façon à ce qu’ils trainent sur le sol. Un signe exterieur de richesse condamnable si l’arrogance en est le motif.
617. Selon lui encore, le Messager de Dieu a dit : « Le jour de la Resurrection, il y a trois personnes auxquelles Dieu ne parlera pas, qu’Il ne purifiera pas, qu’Il ne regardera même pas et qui subiront un châtiment douloureux : un vieillard fornicateur, un gouvernant menteur et un pauvre plein d’arrogance. »
L’imam Nawawi a commenté ce hadith en ces termes : « Dieu ne S’adressera pas à eux avec de bonnes paroles empreintes de satisfaction, mais Il parlera avec colère. »
618. Encore selon lui, le Prophète a dit : « La Puissance est Mon vêtement, l’orgueil est Ma parure. Je châtierai quiconque Me disputera l’un d’eux. »
619. Toujours selon lui, le Prophète a dit : « Un homme vêtu d’un beau manteau et bien peigné se pavanait tant dans sa démarche que Dieu le fit engloutir, ne cessant depuis de l’enfoncer dans la terre jusqu’au jour de la Résurrection. »
620. Selon Salama Ibn Al Akwa’ , le Prophète a dit : « L’homme ne cesse de s’enorgueillir jusqu’à ce qu’il soit inscrit au même rang que les tyrans. Il subira alors le même châtiment qu’eux. »


La clémence, la patience et la douceur
Allah a dit :
Coran 3.134 : [Ceux qui savent réprimer leur colère et pardonner à leurs semblables, car Dieu aime les bienfaiteurs.]
Coran 7.199 : [Sois conciliant ! Ordonne le bien et écarte-toi des ignorants !]
Coran 41.34 : [La bonne action et la mauvaise ne sont pas identiques. Rends le bien pour le mal, et tu verras ton ennemi se muer en fervent allié ! Mais une telle grandeur d’âme est seulement le privilège de ceux qui savent faire preuve de patience et de ceux qui sont touchés par une grâce peu commune.]
Coran 42.43 : [C’est le signe d’une grande sagesse que de faire preuve de patience et de clémence.]
632. Selon Ibn ‘Abbas , le Prophète a dit une fois à Ashaj ‘Abd al-Qays : Tu possèdes deux qualités aimées de Dieu : « La mansuétude et la patience. »
633. Selon ‘Aisha , le Prophète a dit : « Dieu est doux et Il aime la douceur en toute chose ».
634. Selon elle encore, le Prophète a dit : « Dieu est doux et Il aime la douceur. Il donne pour la douceur ce qu’il ne donne pas pour la violence ni pour aucune autre qualité ».
635. Toujours selon elle, le Prophète a dit : « Lorsqu’une chose est ornée de douceur, elle l’embellit, et lorsqu’elle en est privée, elle l’enlaidit. »
636. Abou Hourayra rapporte : Un bédouin urina une fois dans la mosquée. Les gens se levèrent en vue de le réprimander lorsque le Prophète les interpella en ces termes : « Laissez-le et versez sur son urine un seau d’eau. Vous n’avez été envoyés que pour faciliter (les choses) et non pour les rendre difficiles. »
637. Selon Anas , le Prophète a dit : « Facilitez et ne rendez pas la tâche pénible, annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir les gens. »
638. Jarir Ibn ‘Abdullah rapporte qu’il a entendu le Messager de Dieu dire : « Celui qui est privé de douceur est privé de tout bien. »
639. Abou Hourayra rapporte : Un homme demanda au Prophète : « Fais-moi une recommandation ! » – « Ne te mets pas en colère, lui répondit-il. » L’homme réitéra sa demande plusieurs fois, et le Prophète de lui répondre à chaque fois : « Ne te mets pas en colère ! »
640. Selon Shaddad Ibn Aws , le Messager de Dieu a dit : « Dieu prescrit al-ihsan en toute chose. Ainsi, si vous tuez, tuez convenablement et si vous égorgez, faites-le avec soin : que l’on aiguise la lame et qu’on épargne à la bête de souffrir. »


Question : Quelles sont les choses qui annulent le jeûne ?

Réponse : Le jeûne est annulé par :
1 – le rapport sexuel

2 – Manger

3 – Boire

4 – l’éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir

5 – tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger

6 – vomir volontairement

7 – Le sang extrait par hijâmah (NdT : sur ce point les avis des savants divergent)

8 – Le sang des règles et de l’accouchement

Pour ce qui est de la nourriture, de la boisson et du rapport sexuel, la preuve est la Parole d’Allah : « Désormais,
jouissez d’elles, et cherchez ce qu’Allah a prescrit pour vous. Et
mangez et buvez jusqu’à ce que vous puissiez distinguer le fil blanc de
l’aube du fil noir [de la nuit]. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la
nuit. » (Al-Baqarah : verset 187 du Saint Coran)

Pour ce qui est de l’éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir (shahwah), la preuve est la Parole d’Allah dans le hadith qudsî à propos du jeûneur (Allah dit): « Il laisse sa nourriture, sa boisson et ses désirs (sexuels) pour Moi. » Et l’éjaculation est considéré comme une shahwah, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Et dans le rapport que l’un d’entre vous a avec son épouse, il y a une aumône. » Les Compagnons dirent : « Ô Messager d’Allah ! L’un d’entre nous assouvi son désir (shahwah) et il est récompensé en cela ? » Il dit : « S’il
l’avait assouvi (en arabe : il dépose) dans l’illicite, n’aurait-il pas
commis un péché ? De même s’il l’assouvit dans le licite, il est
récompensé pour cela. » (Muslim) Et ce que l’on dépose, c’est le sperme (manî) éjaculé. C’est pour cela que l’avis authentique est que le liquide spermatique (madhî) (Le Madhi
est le liquide transparent apparaissant après l’excitation,cela
n’annule pas le jeûne mais nécessite le lavage de la partie ainsi que le
nettoyage à l’eau de l’endroit souillé. De plus cette personne doit
refaire ses ablutions si elle veut prier) n’annule pas le jeûne même s’il sort sous l’effet du désir et des caresses sans qu’il y ait pourtant pénétration.

Cinquièmement : tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger,
comme les injections nutritives qui dispensent de boire et de manger,
car même si ce n’est pas de la nourriture et de la boisson, elles en
portent le sens puisqu’elles dispensent de manger, et ce qui a le sens
d’une chose en porte aussi le jugement. Le corps se nourrit ainsi, à
travers ces injections. Quant aux injections qui ne sont pas nutritives et ne remplacent pas la nourriture et la boisson, elles n’annulent pas le jeûne, que cette injection soit faite dans une veine ou un muscle ou sur tout autre endroit du corps.

Sixièmement : vomir volontairement,
c’est-à-dire faire sortir ce qui est dans le ventre par la bouche, et
ce d’après le hadith d’Abû Hurayrah qui rapporte que le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui se fait vomir, qu’il compense son jeûne et celui qui est pris de vomissements (involontaires) n’a pas à compenser. » (Abû Dâwûd, At-Tirmidhî)
La sagesse en cela est que lorsque l’on vomit, le ventre se vide de
nourriture et le corps a besoin de combler ce vide. Ainsi nous disons
que si c’est un jeûne obligatoire, il n’est pas permis de se faire
vomir, car celui qui le fait annule son jeûne.

Note de ma part le cheikh al Ajmi dit

mais si la personne vomit sans le faire expres son jeune est valide parce que le Prophete (sal Allah alayhi wa salam) a dit : » Celui qui vomit volontairement doit refaire son jeûne, quant à celui qui vomit involontairement il n’aura pas le rattraper.

Rapporte par Abu Dawud, Tirmidhi et Al-Albani l’a juge authentique dans
Al Irwâ-] 923

Septièmement : Le sang extrait par hijâmah, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui pratique la hijâmah et celui qui se la fait faire ont rompu leur jeûne. »
(Al-Bukhârî dans ses commentaires, NdT : ce qui signifie que le hadith
n’a pas le même degré que ceux rapporté dans le corps du texte du Sahîh)

Huitièmement : Le sang des règles et de l’accouchement, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) à propos de la femme : « N’est-ce pas que lorsqu’elle a ses règles, elle ne prie pas et ne jeûne pas. » (Al-Bukhârî, Muslim) Les savants sont unanimes sur le fait que le jeûne de la femme en période de menstrues ou de saignement post-natal n’est pas valide.

cheikh Uthaymin dit ensuite:
Ces actes annulatifs n’invalident le jeûne qu’à trois conditions :

– La science (savoir que cette chose annule le jeûne)

– La présence d’esprit (ne pas avoir oublié au moment où on commet l’acte)

– La volonté (vouloir commettre l’acte en sachant qu’il annule le jeûne)

source : Fatâwâ Arkân Al-Islâm,
p.469-475 de cheikh Uthaymin traduit par salafs.com quand a la parole
du cheikh al Ajmi elle est également tiré du site salafs.com d’une
traduction d’un livre de question reponse du cheikh al Ajmi
avec quelques ajouts entre parenthèse de ma part pour plus de clarification.


Louanges à Allah

La sagesse d’Allah Très Haut a voulu qu’Il instituât pour Ses serviteurs des actes surérogatoires permettant de se rapprocher de Lui en plus de l’accomplissement des obligations. Ces actes sont du même type que les obligations et ils valent à leurs auteurs d’énormes récompenses comme le confirment ces propos que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) rapporté de son Maître Puissant et Majestueux: « Mon serviteur ne peut pas se rapprocher de Moi par des actes meilleurs que ce que Je lui ai prescrit. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par des actes surérogatoires jusque ce que Je l’aime. Dès lors, Je deviens son ouie par laquelle il entend, sa vue par laquelle il voit, sa main par laquelle il frappe et son pied par lequel il marche; s’il me demande, je lui donne et s’il sollicite Ma protection, Je la lui accorde». (Rapporté par al-Boukhari, 6502)

Le jeûne surérogatoire comporte deux parties:

La première est le jeûne surérogatoire absolu (sans lien avec un temps ou une situation donnés). Le musulman peut l’entreprendre à n’importe quel moment de l’année, à l’exception des jours qu’il est interdit de jeûner comme les jours des Fêtes musulmanes (Les deux Grandes Fêtes annuelles) et les jours dits de Tashriq (les trois jours qui suivent celui de la Fête du Sacrifice).Il est interdit de jeûner ces trois jours, sauf pour le pèlerin non muni d’un animal à sacrifier. Il est encore interdit de viser spécifiquement le vendredi et le jeudi pour les jeûner. La meilleure forme du jeûne surérogatoire absolu consiste à jeûner un jour sur deux, quand on en a la capacité. Cette pratique s’atteste dans ce hadith: « La forme de prier la pus aimée d’Allah est celle adoptée par David et la manière de jeûner la plus aimée d’Allah est celle suivie par David; il dormait pendant la moitié de la nuit puis passait un tiers de la nuit à prier puis dormait le sixième de la nuit. Il jeûnait un jour sur deux» (Rapporté par al-Boukhari, 1131 et par Mouslim, 1159)

La préférence de ces pratiques dépend de la condition qu’elle n’affaiblissent pas le fidèle de manière à le détourner de ce qui est prioritaire, comme l’indique une version du hadith: «Il jeûnait un sur deux et ne s’enfuait pas quand il avait à rencontrer (l’ennemi) » (Rapporté par al-Boukhari, 1977 et par Mouslim, 1159)

La deuxième partie est le jeûne surérogatoire relatif

Il est préférable au jeûne surérogatoire absolu dans l’ensemble. Il comporte deux parties. La première consiste dans le jeûne personnalisé. C’est le cas du jeûne (recommandé) au jeune homme qui n’a pas les moyens de se marier. A ce propos un hadith d’Abdoullah ibn Massoud (P;A.a) dit: « Nous étions des jeunes démunis autour du Messager d’Allah ( bénédiction et salut soient sur lui) et il nous disait: «Ô jeunes! Que se mare celui d’entre vous qui en a les moyens. Car agir ainsi est plus à même d’aider à contrôler le regard et de protéger le sexe. Celui qui n’a pas les moyens de se marier doit recourir au jeûne qui réduit (le plaisir sexuel) » (rapporté par al-Boukhari,5066 et par Mouslim,1400)

Le jeûne est plus recommandé personnellement au célibataire. C’est encore plus recommandé quand se multiplient les facteurs qui le justifient. Il n’est pas lié à des jours déterminés. La deuxième est le jeûne lié à un temps déterminé. Ce jeûne est varié et peut être hebdomadaire, mensuel ou annuel. Le jeûne hebdomadaire se traduit le jeûne recommandé le lundi et le jeudi. D’après Aîcha « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) ciblait le lundi et le jeudi pour les jeûner». (Rapporté par an-Nassai, 2320 et par d’autres et jugé authentique par al-Albani dans Sahih al-Djami’ as-Saghir, 4897. Interrogé sur le jeûne du lundi et du jeudi, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « C’est parce que c’est au cours de ces deux jours que les œuvres (humaines) sont présentées au Maître des Mondes et j’aime qu’on présente mes œuvres pendant que j’observe le jeûne». (Rapporté par an-Nassai, 2358 et par Ibn Madja,1740 et par Ahmad,8161 et jugé authentique par al-Albani dans Sahihi al-Djami’ ,1583.Interrogé encore sur le jeûne du lundi, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « C’est mon jour naissance et le jour pendant lequel j’ai reçu la révélation divine». (Rapporté par Mouslim, 1126)

Le jeûne mensuel se traduit par la recommandation de jeûner trois jours de chaque mois. D’après Abou Hourayra (P.A.a): «Mon ami intime m’a fait trois recommandations que je n’abandonnerai jusqu’à ma mort: jeûner trois jours de chaque mois, la prière du milieu de la matinée et une prière impaire à faire avant de se coucher». (Rapporté par al-Boukhari,1178 et par Mouslim,721).Il est préférable de situer les trois jours au milieu du mois lunaire. C’est ce qu’on appelle les jours blancs. Selon Abou Dharr, le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) lui a dit: « Si tu veux jeûner une partie du mois, jeûne les 13e, 14e et 15e jours» (Rapporté par An-Nassai,2424 et par Ibn Madja,1707 et par Ahmad et déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi al-Djami’ as-Saghir,673.

Le jeûne annuel comporte un jour déterminé et une période pendant laquelle il est recommandé de jeûner:

1/ Le jour d’Ashoura qui est le 10e jour du mois de Muharram. Interrogé sur le jeûne de Ashoura,Ibn Abbas (P.A.a) dit: «Je ne sache pas que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur ) ait jeûné un jour pour bénéficier de son mérite autre que ce jour-là, ni un mois que celui-ci (Ramadan) » (Rapporté par al-Boukhari,2006 et par Mouslim,1132) Il est recommandé de jeûner un jour avant ou après Ashoura pour se démarquer des Juifs.

2/ Le jour d’Arafa, le 9e jour de Dhoul-Hidjdja.Il n’est recommandé qu’à celui qui ne se trouve pas à Arafa.Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit à propos du jeûne des trois jours précités:«Trois jours de chaque mois, jeûner un Ramadan après l’autre. Voilà comment jeûner tout le temps. Je compte sur Allah pour que le jeûne du jour d’Arafa soit le moyen d’expier les péchés de l’année antérieure» (Rapporté par Mouslim, 1162)

2/ Le mois de Muharram.Il est recommandé d’y pratiquer le jeûne dans la mesure du possible compte tenu du hadith selon lequel:« le meilleur jeûne après celui du Ramadan est le jeûne effectué en Muharram et la meilleure prière après celle prescrite est la prière nocturne (surérogatoire)».(Rapporté par Mouslim,1163)

3/ Le mois de Shaaban. Un hadith sûr fait dire à Aicha (P.A.a):«Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) jeûnait au point que nous nous disions qu’il n’allait plus rompre son jeûne puis y mettait fin de manière qu’on se disait qu’il n’allait pas le reprendre. Je ne l’ai vu jeûner un mois entier en dehors du Ramadan. Je l’ai pas vu jeûner fréquemment au cours d’un mois comme il le faisait en Shaaban; il le jeûnait presque entièrement». (Rapporté par al-Boukhari,1969 et par Mouslim,1156)

Le musulman désireux de bien faire doit comprendre l’importance du mérite lié au jeûne surérogatoire comme l’explique ce hadith du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): «Quiconque jeûne un jour dans le chemin d’Allah (pour Lui plaire), Allah éloignera son visage de la géhenne d’un espace parcouru en 70 années» (Rapporté par an-Nassai,2247 et jugé authentique par al-Albani dans Sahihi Sunani an-Nassai,2121.

Nous demandons à Allah de nous insérer parmi ceux qu’Il éloignera de l’enfer et de sa chaleur et de nous mettre parmi les bienheureux».

S’agissant des heures exactes du repas de l’aube et de la rupture du jeûne, il faut savoir que le jeûne se défini comme étant un culte rendu à Allah Très Haut consistant à s’abstenir de manger , de boire et de tout ce qui est de nature à rompre le jeûne depuis l’aube jusqu’au coucher du soleil, conformément à la parole du Très Haut: « mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue , pour vous, le fils blanc de l’aube du fil noir de la nuit.Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit » (Coran,2:187), ce jeûne là commence dès l’entrée effective de l’aube et se poursuit jusqu’au coucher du soleil en vertu de la parole du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui): «Quand la nuit avance et que le jour recule au coucher du soleil , alors le jeûner peut rompre son jeûne» (Rapporté par al-Boukhari,1818 et par Mouslim,1841).Quant au temps du repas,la majorité des jurisconsultes soutient qu’il s’étend du début de la seconde moitié de la nuit jusque la fin de la deuxième parie de l’aube. Les ulémas recommandent de retarder la prise du repas, sauf si l’on craint de ne pouvoir le prendre à temps, compte tenu du verset sus indiqué et de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui):«Hâtez vous de rompre le jeûne (dès le coucher du soleil) et retardez la prise du repas de l’aube» (Rapporté par at-Tabarani et jugé authentique par al-Albani dans Sahih al-Djami’ , 3989) , le but de ce repas étant de renforcer la capacité à jeûner. Plus on le retarde, plus il facilite le jeûne.

Nous demandons à Allah de nous insérer dans les rangs de ceux qui observent strictement les dispositions de sa loi.

Puisse Allah bénir et saluer notre Prophète Muhammad.

Cheikh Muhammed Salih Al-Munajjid


Voici un aperçu des mérites du jeûne :

Le mérite du jeûne est immense et il fait l’objet de hadith authentiques parmi lesquels celui qui (enseigne) qu’Allah s’est réservé le jeûne et que c’est Lui qui en récompense l’auteur de façon infiniment multipliée selon ces hadith : « … sauf le jeûne, car il Me revient et c’est Moi qui m’occupe de la récompense (qu’il entraîne) (al-Boukhari ; 1904) « Rien n’égale le jeûne » (an-Nassaï, 4/165) cité encore dans Sahih at-targhib, 1/413 » La prière du jeûneur ne sera pas rejetée » (rapporté par al-Bayhaqui, 3/345 et cité dans as-Sisila as- Sahiha, 1797)

« Le jeûneur éprouve deux joies ; il éprouve de la joie à la rupture de son jeûne et se réjouira d’avoir jeûné lors de sa rencontre avec son Maître. » (rapporté par Mouslim, 2/807)

« Le jeûne intercédera au profit du fidèle au jour de sa Résurrection ; il dira : ô Maître ! Je l’ai privé de nourriture et de plaisir pendant le jour. Donc laissez-moi intercéder en sa faveur » (rapporté par Ahmad, 2/174 : al-Haythami en a jugé la chaîne des rapporteurs « belle » dans al-Madjma ’ , 3/181 ; Il est aussi cité dans Sahih at-targhib, 1/411) l’odeur de la bouche du jeûneur est plus agréable à Allah que celle du musc » (Mouslim, 2/807)

« Le jeûne constitue un bouclier, un refuge sûr contre l’enfer ».

(Rapportdé par Ahmad, 2/402 ; il est cité dans Sahih at-targnib, 1/411 et dans Sahih al-djami, 3880) «Quiconque jeûne son dernier jour sur terre pour complaire à Allah, entrera au paradis » (rapporté par Ahmad, 5/391 et cité dans Sahih at-targnib, 1/412)

« Le paradis comporte une porte dite Rayyan ; elle sera exclusivement utilisée par les jeûneurs puisqu’on la ferme après leur entrée et nul ne la franchira par la suite » (al-Boukhari ; 1797)

Le Jeûne facultatif comble les manquements qui affectent le jeûne obligatoire. Parmi les exemples du jeûne volontaire, citons Ashoura, Arafa, « les jours blancs » , le Lundi, le Jeudi, Six jours de sharwal et le fréquent jeûne en Muhanam et en Chaaban.

Par « jours blancs » on entend les 13e, 14e et 15e jours de chaque mois lunaire, compte tenu des propos du très Haut : « Ils t’interrogent sur les nouvelles lunes – Dis: « Elles servent aux gens pour compter le temps, et aussi pour le Hajj (pèlerinage). (Coran, 2 :189).