Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘un couplet pour l’islam’ Category


J’ai appris l’Islam cette religion honorable
De transmission oral auprès de gens bons et fiables
Elle ma rendu ma fierté
M’a montré ce qu’était un homme
Et comment affronter les démons qui nous talonnent
J’ai embrassé le chemin droit et délaissé les slaloms
Ceux qui mon éduqué je remercie
Je passe le Salam
À tout les musulmans de France, de l’occident à l’orient
Ceux qui de ce bas monde voudrait quitter en souriant
Mais yeux se sont ouverts, mon coeur c’est épanouie
Me fut dévoilé, peu a peu tout ce qui m’a nui
Jusqu’a ce que je devienne de ceux qui s’inclinent et se prosternent
Voudraient aimer pour leur freres
Ce qu’ils aiment pour eux meme
J’ai une vie et j’en connais le sens
Je ne pars plus dans tout les sens
Ne soit pas étonné si au rap conscient je donne naissance
A la précipitation, je préfère aujourd’hui la patience
Aux paroles inutiles, la sauvegarde du silence
A l’intolérance et au racisme l’indulgence
Et à l’ignorance j’aimerai rétorquer par la science
Ce bas monde, terre de semence
Que plus tard tu récoltes
Le jour où l’âme te quitte, subitement qu’la mort t’emporte
Sois intelligent et semes y ce qui t’es utile
Ceci est l’enseignement de l’Islam et il hisse l’ame
Loin de tout extremisme
La voix de droiture, l’unique voix a suivre
Et si le système te sature
L’Islam ramène l’amour, rassemble les gens de tout les pays
De toutes les origines, toute les culture, toutes les ethnies
Y’a pas que des riches et des pauvres, y’a des gens mauvais ou bien
J’ai réappris à vivre, compris les causes de notre déclin
Et quand je regarde mon passé
J’ai faillit y passer
Si je n’avais eu l’Islam peut être que je me serai fait repassé
Ou la moitié de ma vie en prison, j’aurai passé
Pour ceux qui y sont passé, ici, j’ai une pensée
Combien sont partie sans avoir eu le temps de se préparer ?
Chargé de pêché et d’injustice a réparé
Avant que la mort, ne me vienne
Faut que je répare les miennes
Si je veux récolter du bien, c’est du bien qu’il faut que je sème
Un jour je partirai, et je serai enveloppé d’un linceul
Au mieux de mes vêtements dans un modeste cercueil
Et lorsque je serai mort, et que cette chanson tu te remémores
Sûrement quelques larmes viendront émecter ta mémoire
Maintenant tu sais d’où je viens, qui je suis et où je vais
Et pourquoi mes textes de sagesse sont imprégnés
D’une famille plus proche d’etre pauvres que d’etre fortunés
28 décembre 77, au Abymes j’suis né
Et a une date que j’ignore un jour je partirai…

Publicités

Read Full Post »