Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘la miséricorde d’allah’ Category


L’amour d’Allah – Exalté soit-Il – est le but ultime de notre cheminement et la cime de notre ambition. En effet, toute station au-delà de la réalisation de l’amour n’est que l’un de ses fruits ou l’une de ses conséquences comme la nostalgie d’amour, la familiarité, le contentement et toute station antérieure à l’amour n’en est que le prélude, comme la repentance, la patience, l’ascèse etc.

Absolument, l’amour le plus utile, le plus indispensable, le plus élevé et le plus sublime est l’amour de Celui pour qui les coeurs s’inclinent naturellement d’amour, que les créatures aspirent spontanément à adorer. Car Allah – Exalté soit-Il – est Celui que les coeurs adorent par amour, vénération, révérence, soumission et humilité. C’est dire que l’adoration ne sied qu’à Lui seul. Ainsi, l’adoration est la perfection de l’amour doublée de la perfection de la soumission et de l’humilité.

Allah – Exalté soit-Il – est aimé pour Lui-même sous tous les rapports tandis qu’autrui n’est aimé qu’accessoirement par rapport à Son amour. En effet, Son amour est attesté par tous Ses Livres révélés, par l’appel de tous Ses envoyés, par la disposition originelle et l’intelligence qu’Il a placées en Ses créatures, et par Ses Bienfaits en leur faveur. En effet, si les coeurs s’inclinent en général à aimer leur bienfaiteur, qu’en est-il de Celui qui est le Dispensateur suprême de toute faveur ? Car tous les Bienfaits dont jouissent Ses créatures ne proviennent que de Lui, l’Unique qui n’a pas de partenaire. En effet, Allah – Exalté soit-Il – a dit:

« Quel que soit le bien que vous possédiez, il vient d’Allah. Quand, ensuite, le malheur vous touche, c’est à Allah que vous adressez vos supplications ». Sourate 16 : Les abeilles (An-Nahl) verset 53.

Cet amour d’Allah – Exalté soit-Il – est attesté également par Ses Plus Beaux Noms et Ses Attributs Sublimes qu’Il a enseignés à Ses créatures et par les effets de Sa création qui attestent de Sa Perfection, de Sa Majesté et de Sa Sublime Grandeur.

Allah – Exalté soit-Il – dit :

« Certains hommes prennent des associés en dehors d’Allah. Ils les aiment comme on aime Allah; mais les croyants n’ont de zèle que dans l’amour d’Allah». Sourate 2 : La vache (Al-Baqarah) verset 165.

Il dit également – Exalté soit-Il – :

« O vous qui croyez ! Quiconque d’entre vous rejette sa religion, Allah fera bientôt venir d’autres hommes; II les aimera, et eux aussi L’aimeront. Ils seront doux à l’égard des croyants, durs à l’égard des incrédules. Ils combattront dans le chemin d’Allah; et n’auront pas à redouter le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce d’Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient. ». Sourate 5 : La table servie (Al-Maidah) verset 54.

Le Prophète – que la Paix et le Salut d’Allah soient sur lui – a juré qu’

« … aucun fidèle n’atteindra parfaitement la Foi tant que le prophète ne sera pas lui-même plus cher pour ce fidèle que ses enfants, ses parents et tous les humains ».

Dans une autre version où il s’adressait à Omar Ibn al-Khattab – Qu’Allah soit satisfait de lui – , il lui a dit :

« Tant que je ne serai pas à toi plus cher qu’à toi-même ».

Si le Prophète – que la Paix et le Salut d’Allah soient sur lui – a la préséance en nous-mêmes sur nous-mêmes en matière d’amour et de ses exigences, n’est-il pas naturel que le Seigneur soit plus aimé et adoré en nous-mêmes que nous-mêmes ?

Tout ce qui vient de Lui pour Son serviteur incite ce dernier à L’aimer qu’il s’agisse de choses que le serviteur apprécie ou n’apprécie pas. En effet, Ses dons et Ses empêchements, Ses bienfaits et Ses épreuves, Ses resserrements et ses largesses, Sa justice et Ses Faveurs, Ses Actes de faire mourir et de revivifier, Sa Bonté, Sa Miséricorde, Son Pardon, Sa Magnanimité, Sa Patience envers Son serviteur, le fait d’exaucer ses invocations, de le secourir et de l’assister sans qu’Allah – Exalté soit-Il – n’ait nul besoin de lui puisqu’Il est le Riche sous tous les rapports, tout cela invite les coeurs à L’adorer et à L’aimer. Si une créature accorde moins que cela à une autre créature, celle-ci ne manquerait de s’attacher à elle, comment le serviteur n’aimerait-il pas avec tout son coeur et ses forces à Celui qui lui accorde constamment du bien au rythme de chacun de ses souffles, et ceci malgré ses méfaits ?

Ses bienfaits vers Son serviteur se succèdent tandis que les méfaits de celui-ci ne cessent de monter vers son Seigneur, et tandis qu’Allah – Exalté soit-Il – lui témoigne de l’amour par Ses Faveurs bien qu’Il n’a nul besoin de lui, le serviteur Lui témoigne de l’aversion par ses actes de désobéissance bien qu’il ait absolument besoin de Lui. Ainsi, ni la bonté, ni la générosité, ni les Bienfaits d’Allah – Exalté soit-Il – en faveur de Son serviteur n’empêchent ce dernier de Lui désobéir; d’un autre côté ni la désobéissance, ni la vilenie du serviteur n’arrêtent la bonté de son Seigneur en sa faveur.

Si toutes les créatures que tu aimes et qui t’aiment, le font pour eux-mêmes en fonction de leur intérêt, celui qu’ils trouvent en toi, Allah – Exalté soit-Il – te veux du bien pour toi-même.

De même, toutes les créatures qui entretiennent un rapport avec toi ne le feraient pas si elles ne tiraient aucun profit de toi, car inéluctablement elles visent un intérêt ou un profit quelconque en toi ; le Seigneur, Lui, ne te traite que pour que tu tires le maximum de profit dans ton rapport avec Lui, la bonne action vaut de dix à sept cents et plus encore, tandis que le méfait ne compte qu’une seule fois si même il n’est rapidement effacé.

De plus, Allah – Exalté soit-Il – t’a créé pour Lui-même et a créé toute chose dans ce monde et l’autre pour toi. Qui d’autre que Lui mérite que l’on s’attache à L’aimer et que l’on s’efforce à rechercher Son approbation ? De même, toutes tes demandes ou plutôt les demandes de toutes les créatures ne peuvent être satisfaites que par Lui, et Il est le Plus Généreux parmi les généreux : Il donne à Son serviteur plus qu’il n’espère de Lui avant même que celui-ci ne L’implore; Il agrée le minimum d’oeuvres et les fait accroître ; Il pardonne beaucoup de forfaits et les efface.

« Tout ce qui existe dans les Cieux et sur Terre L’implore. II crée chaque jour quelque chose de nouveau ». Sourate 55 : Le Tout Miséricordieux (Ar-Rahman) verset 29.

Aucune chose audible ne L’empêche de prêter attention à une autre chose audible. La multiplicité des demandes qu’on Lui adresse ne L’embarrasse aucunement. L’insistance de ceux qui insistent dans leurs demandes ne Le gêne en aucune façon ; au contraire, Il aime ceux qui insistent dans leurs implorations et aime qu’on Lui adresse les demandes. Il se courrouce si on ne Lui adresse pas les demandes. Il est pudique face à Son serviteur là où ce dernier est impudique envers Lui. Il dissimule ses forfaits là où le serviteur ne les dissimulent pas, et le prend en miséricorde là où le serviteur est impitoyable avec lui-même. Il l’a appelé par Ses Bienfaits, Ses Faveurs et Ses libéralités vers Sa Bonté et Son agrément mais le serviteur a refusé. Aussi, Il a dépêché Ses Envoyés à sa recherche et lui a envoyé avec eux Son pacte. Ensuite, Il est descendu Lui-même vers Son serviteur et a dit:

« Qui M’adresse des demandes pour que Je lui donne ? Qui implore Mon Pardon pour que Je lui pardonne ? »

Comment les coeurs n’aimeraient-ils pas Celui qui est vraiment le Seul qui accorde les bienfaits, exauce les demandes, relève celui qui trébuche, pardonne les fautes, dissimule les défauts, délivre des épreuves, secourt les implorations et satisfait les demandes ?

Ainsi, Il est le Plus Digne d’être mentionné, le Plus Digne d’être remercié, le Plus Digne d’être adoré, le Plus Digne d’être loué, le Plus Secourable, le Plus Bienveillant pour Ses créatures, le Plus Généreux des généreux, le Plus Magnifique Donateur, le Plus Miséricordieux des miséricordieux, le Plus Excellent de ceux qu’on sollicite, le Plus Puissant Protecteur, le Plus Digne pour celui qui met toute sa confiance en Lui, Celui qui est Plus Bienveillant pour Son serviteur que la mère l’est pour son enfant, Celui qui se réjouit de la repentance de l’égaré plus que l’homme qui retrouve sa monture en plein désert avec ses provisions en eau et en nourriture après l’avoir perdue. Il est le Roi qui n’a pas de pairs, l’Unique qui n’a pas d’égal.

Toute chose périt sauf Sa Face. On ne Lui obéit que par Sa permission et on ne Lui désobéit que par Sa Science. On Lui obéit et on Le remercie. Par Son Assistance et Ses Faveurs on Lui obéit. On Lui désobéit et Il pardonne. Il est le Plus Proche Témoin, le Plus Illustre Protecteur, le Plus Fidèle au Pacte, le Plus juste Rétributeur. Il s’interpose entre les âmes, dispose de leur sort, recense les actes et détermine le terme des existences. Les coeurs s’ouvrent à Lui, le secret auprès de Lui est manifestation, le mystère un dévoilement et tout un chacun est en défaut devant Lui. Les faces des êtres s’inclinent par la Lumière de Sa Face. Les intelligences sont incapables de percevoir le Fond de Sa Réalité. Toutes les dispositions primordiales et les preuves attestent l’impossibilité d’une ressemblance et d’une égalité avec Lui. Les ténèbres sont illuminées devant la lumière de Sa Face. La terre et les cieux sont illuminés pour Lui. Toutes les créatures lui sont redevables. Il ne S’endort jamais et il ne Lui sied pas de connaître la fatigue. Il abaisse et relève la mesure juste. Les oeuvres de la nuit repassent devant Lui avant le jour et les oeuvres du jour avant la nuit. Si Son voile de lumière se levait, les rayons de Sa Gloire brûleraient Ses Créatures.

L’amour d’Allah – Exalté soit-Il – constitue la vie des coeurs et la nourriture des esprits. sans cet amour le cœur n’éprouve ni plaisir, ni félicité, ni bonheur, ni vie. Lorsque le cœur perd cet amour, sa douleur est plus grande que celle qu’éprouve l’oeil en perdant sa lumière, celle qu’éprouve l’oreille en perdant son ouïe. A vrai dire, la corruption du cœur lorsqu’il est vidé de l’amour de Celui qui l’a créé et façonné est plus grave que la corruption du corps vidé du souffle vital. Ceci n’est reconnu que par celui qui ressent une vie en lui, car les blessures ne réveillent pas les morts.

Fath al-Mawsili a dit: « L’amant n’éprouve pas de plaisir pour ce bas monde et n’oublie pas de mentionner Allah le temps d’un seul clin d’oeil ».

D’autres ont dit: « L’amant a le cœur envolé. Il ne cesse de mentionner Allah et profite de toutes les occasions et les moyens dont il dispose comme les oeuvres prescrites et les actes surérogatoires pour avoir Son agrément par amour et nostalgie ».

Une femme pieuse parmi les anciens a donné ces conseils à ses enfants : « Appliquez-vous à aimer Allah et à Lui obéir. Car les gens pieux se sont familiarisés avec l’obéissance au point que leurs membres répugnent à toute autre chose. Et lorsque Satan le maudit leur propose une désobéissance, celle-ci passe devant eux honteusement tellement ils l’abhorrent ».

Publicités

Read Full Post »


Read Full Post »


Read Full Post »

allah


D’après ‘Abû Sa`îd (qu’Allah soit satisfait de lui),
Il a entendu le Prophète (pbAsl) dire: « Aucun mal n’atteint le
musulman, que ce soit une douleur chronique, une fatigue, une maladie,
une tristesse ou même une mélancolie qui l’abat, sans qu’il ne lui
serve d’expiation à ses péchés ».

Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 4670

Read Full Post »